Elections et autoroute

Dimanche, les modalités de vote et de candidature aux élections de janvier 2017 sont apparues sur notre site municipal. Il s’agit d’élections « partielles intégrales ». Non, il n’y a pas de faute de frappe, c’est le qualificatif correct politico-administratif pour une élection d’un conseil municipal complet (intégralement remplacé) pour le temps (partiel) restant jusqu’aux prochaines élections de tous les conseils municipaux de France. J’ai toujours trouvé que le monde politico-administratif avait un don très particulier pour tordre la langue française, je dois avouer que là c’est du grand art !

J’ai reçu le second texte de campagne de Madame Celard et son équipe. Comme d’habitude, j’ai quelques remarques à faire sur ce document, qui comporte des inexactitudes.


Les élections n’ont pas été sollicitées par qui que ce soit, elles sont obligatoires de par la loi lorsqu’il reste moins d’un tiers du conseil municipal.

Le projet d’échangeur tel qu’il est connu actuellement ne va pas réduire les problèmes liés à la circulation automobile dans la commune, il va peut-être réduire le trafic sur le Grand chemin et le Grand pavé, mais il va déplacer le problème au niveau du lotissement de la Plaine et de la route des Côtes d’Arey.

Il est certain que des actions ont été menées, mais que le maire de la commune concernée par les travaux fasse partie du comité de pilotage, c’est un minimum au moins pour la façade, qu’une variante sud soit étudiée c’est une évidence on ne peut pas présenter un projet tout ficelé sans option factice, qu’il y est concertation dans un pays qui se flatte d’être une démocratie c’est aussi un minimum il faut garder les apparences, que le conseil municipal délibère sur un sujet de cette importance, c’est pour cela qu’il est élu.

Mais peu importe ce qui a été fait le résultat n’est pas là !

Tout a peut-être été mis en oeuvre dans ce dossier, mais une action se juge aux résultats, pas sur les intentions, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Jusqu’ici rien n’a été obtenu. La décision de comité de pilotage est contraire au vote du Conseil Municipal et tout le reste n’est que vœux pieux et promesses. On sait bien que les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

L’analyse multicritère est fortement contestable à part le coût apparent et l’absence de double péage, la solution retenue n’a que des inconvénients :

  • Les travaux en plein village vont être gênants, même si cet aspect temporaire est plus facilement acceptable que les autres problèmes.
  • L’emprise foncière sur les terrains agricoles est plus élevée sur la variante centre , si l’on accepte de considérer que les terrains au sud ont vocation à devenir une zone industrielle.
  • Le pont sur l’autoroute et les ronds points associés vont devenir très dangereux. Les modes de transport doux prévus relevant d’une funeste fumisterie au milieu du trafic de camions.
  • Les pollutions sont déplacées au plus près des habitations.
  • Le coût des équipements complémentaires n’a pas été pris en compte, c’est à dire, sans que cette liste ne soit limitative, la voie en zone industrielle, l’aménagement du chemin de la Tour et l’élargissement du pont.

Le sud a des avantages :

  • Au plus près des zones industrielles est une solution de bon sens, un accès direct à l’autoroute permettant de diminuer le trafic (en particulier des camions) dans le village.
  • L’attractivité pour les usagers est sensiblement la même.
  • Le gain de temps amélioré pour la majorité des usagers.

Les contributeurs étrangers à la commune ne sont pas impactés par le choix du positionnement de l’échangeur. C’est facile de voter pour une solution qui va gâcher la vie des autres. Beaucoup n’ont vu que l’avantage de ne pas avoir de double barrière de péage, tout comme Vinci que cette solution arrange bien. En fait les décideurs ont ce qu’il veulent, pour l’Etat un coût apparent minimal, pour Vinci pas de nouvelle barrière de péage à gérer et la ville de  Vienne n’ampute pas sa future zone industrielle.

Une faible majorité obtenue au cours d’une consultation gérée par un des acteurs du projet ne veut statistiquement rien dire. On ne peut pas se prévaloir de tels résultats approximatifs et sincèrement brandir l’étendard de la démocratie. Les élections vont permettre de connaître le réel point de vue de habitants du village, à moins qu’elles ne soient faussées par des intérêts de clans.

Certains se sont opposés au projet, ils ont leurs raisons respectables, même si je ne les partage pas. Je comprends les agriculteurs qui vont perdre leur outil de travail familial,  beaucoup moins les défenseurs de grenouilles.

Je n’ai trouvé aucune promesse des opposants sur l’issue de leur action, ils promettent de tout faire pour changer la décision, ce qui est complètement différent. Des expériences récentes montrent que beaucoup de projets sont contestés, y compris par des ministres qu’il est possible de modifier des décisions prises. Encore faut-il essayer et ne pas sombrer dans le fatalisme apparent.
Pourquoi les gens ne se sont pas manifestés avant ? Ils ont fait confiance aux institutions de leur pays et au vote du conseil municipal. Ils n’ont pas imaginé que les dés étaient pipés dès le départ.
Démissionner, c’est ne pas accepter une décision arbitraire, c’est aussi montrer l’impossibilité d’exercer efficacement le mandat pour lequel on a été élu. C’est remettre la décision dans les mains des citoyens, rien de plus démocratique.

Qu’un représentant de l’Etat via la presse affirme qu’il ne changera pas d’avis quelque soit la réaction des citoyens, c’est de la dictature. A quoi va servir l’enquête d’utilité publique ? Faut-il en conclure que c’est une autre mascarade dont les conclusions sont déjà connues ?

Comment croire que des aménagements seront éventuellement peut être faits sur la demande de la commune alors que RIEN n’a été accepté jusque là. Comment pouvons nous croire que demain nous seront entendus  ?

Les propositions d’aménagement sont notoirement insuffisantes, le pont sur l’autoroute va être embouteillé aux heures de pointe, une partie du trafic nord-sud va emprunter la chemin de la tour déjà très dangereux. A court terme il faudra aussi élargir ce chemin de la tour et réaménager le carrefour des Joncs.

Comme Monsieur Fiat j’espère que des réunions publiques seront organisées avant les élections, et qu’il sera possible de dialoguer, sans que je me fasse beaucoup d’illusions vu l’expérience du dernier conseil municipal.

Madame le Maire, vous souhaitez « continuer à aller de l’avant et prendre votre place dans les négociations en cours ». On ne peut que souscrire à un tel enthousiasme, mais QUELLE PLACE vont vous accorder les autres participants au projet ? Très probablement un strapontin branlant.

Publicités

Auteur : Daniel

Sur ce site, je vais publier mes réflexions sur la vie locale, nationale et plus, en fonction de l'actualité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s