Autoroute : ahurissant

Dans un communiqué du 14 octobre, dans le style administratif inénarrable d’un autre age, la préfecture de l’Isère nous informe que le bilan de la « concertation publique » est disponible sur le site de la préfecture et sur le site de Vinci.

Premier problème, je n’est pas trouvé le communiqué sur le site de la préfecture ! Par contre on le retrouve sur le site dédié à l’échangeur ici. Un dossier de presse est disponible ici.

J’ai toujours été demandeur pour la construction de cet échangeur, mais la décision de retenir l’option centre me parait ahurissante.

Une interrogation : Pourquoi est-ce le concessionnaire de l’autoroute qui mène une consultation sur un projet d’Etat dans lequel il est sous-traitant ? Il est évident que le concessionnaire fait tout pour réduire ses coûts, la création d’un péage supplémentaire n’étant pas à son goût. Pour moi il y a conflit d’intérêt, un tel travail ne peut être que partial. Le bilan de la concertation publique est disponible ici.

Le bilan devient intéressant à partir de la page 11.

Je suis étonné que seulement 24 « contributions » aient été déposées lors de la réunion publique du 9 juin. Visiblement certains suggestions ont été gommées.

C’est sans surprise qu’une majorité de gens soit en faveur de la création d’un échangeur, par contre le 53 % pour la variante centre est inattendu. En fait, la majorité des gens qui ont voté ne sont pas impactés par ce projet. L’exemple le plus parlant est celui de la ville de Salaise sur Sanne qui choisi la variante centre alors que le choix de la variante n’a strictement aucun impact sur cette commune.

Je regrette aussi que certaines associations se soient battues pour refuser le projet, adoptant ainsi une position stérile. Il aurait été beaucoup plus utile de faire des propositions réalistes capables d’infléchir le projet comme je l’avais proposé.

Quelle est la valeur démocratique d’une telle procédure, même si elle inscrite dans la loi, quoiqu’en dise Monsieur Kovaks ? N’importe qui peut donner son avis, ce genre de consultation n’a pas la valeur de référendum.

Nous aurons la possibilité de nous exprimer lors de l’enquête préalable à la déclaration d’utilité publique. Mais il est tout de même étrange que les études sur l’environnement et le cadre de vie aient lieu APRES le choix du site, c’est de la poudre aux yeux. Justement Madame le Maire affirme sans rire qu’elle va être vigilante lors de cette phase, vu le résultat obtenu jusqu’ici, on peut légitimement douter de son influence ici. Seuls des actes forts peuvent être utiles, comme par exemple la démission en bloc du conseil municipal.

Il est inutile de faire des études d’impact sur la population les « contributeurs » ont quasiment tout dit.

Cette solution avantage de toute évidence Vienne, c’est celle qui pose le plus de problèmes à Reventin : bruit, pollution, voirie d’accès et pont saturés.

Aucun des problèmes reventinois ne trouve de solution avec ce choix, les bouchons sur la RN7 seront aggravés, les poids lourds de la zone du Saluant encombreront toujours la voirie secondaire.

Comme toujours dans ce pays, l’Etat (au sens très large) est incapable d’avoir une vue globale et à long terme.

Construire l’échangeur à cet endroit va induire des travaux sur le réseau secondaire dont personne ne parle. Il faudra rectifier le rond-point de la RN7 inadapté au trafic poids lourd vers Reventin, détruire une partie des aménagements récents sur cette même voie, revoir l’éclairage, construire des dispositifs anti-bruit … D’autre part il faudra prévoir un élargissement du chemin de la Tour et de son pont pour faire face à l’augmentation de trafic inéluctable. Pour éviter les bouchons du rond point de la RN7, les automobilistes utiliseront cette voie pour rejoindre l’entrée vers le nord de l’autoroute. Au final, il est probable que le coût de l’opération sera aussi élevé que pour l’options sud.

Que la ville de Saint Cyr sur Rhône soit favorable à la création de l’échangeur me parait logique, par contre rien ne justifie quelle prenne la décision de soutenir la variante centre. Je me souviendrai de cette position le jour où l’on reparlera du contournement ouest.

La contribution de Salaise sur Sanne est choquante, que la ville soit en faveur de la création de l’échangeur me parait logique, mais elle n’a pas à donner un avis sur la variante à retenir. Elle justifie son choix par l’atteinte moindre à l’environnement. Autrement dit la qualité de vie des Reventinois est négligeable comparée à la survie de 3 bestioles qui disparaîtront lors de la construction de la zone industrielle. Ce choix n’est pas dans les attributions de ce conseil municipal.

Comme la chambre d’agriculture je pense que le projet retenu va entraîner beaucoup de travaux sur les voiries d’accès dans les années à venir. La variante sud avait l’avantage de ne pas consommer beaucoup plus de terres agricoles, à condition de construire le parking de covoiturage sur le terrain d’aviation. Les dites terres agricoles étant à terme sacrifiée pour la construction d’une nouvelle zone industrielle, c’est un faux problème.

Je note l’absence de contribution des villes de Chonas l’Amballan, des Cotes d’Arey et Auberives.

Monsieur Thierry Kovacs a déclaré : « La décision est arrêté par le Préfet. Mme Célard a bien rappelé la position du conseil municipal de Reventin, mais c’est la démocratie. les démissions ne changeront rien« .

La position de M. Kovacs est maintenant très claire il veut un échangeur pour désengorger Vienne à moindre coût, quelles que soient les conséquences pour les habitants de Reventin-Vaugris. On retient la solution la moins chère, en sacrifiant le cadre de vie des Reventinois, mais pendant ce temps Vienne gaspille à tour de bras l’argent du contribuable dans des projets inutiles comme des voitures et vélos électriques pour se donner l’image d’une ville respectueuse de l’environnement. Respectueux à Vienne, pas à Reventin ! Vienne a de l’argent pour arriver à l’autonomie énergétique de l’agglomération (utopie coûteuse, irréaliste et inutile), on fait de l’écologie à Vienne mais peu importe ce qui se passe ailleurs.

Je me souviendrai de la définition de la démocratie de M. Kovacs lors de mes prochains votes.

Nous avons l’exemple de projets modifiés voir annulés après la déclaration d’utilité publique, Certains ministres, dont Ségolène Royale, réclament l’arrêt de Notre Dame des Landes, donc c’est possible de revenir sur un projet, il est faux de dire que les démissions ne changerons rien, et j’espère que cela changera quelque chose.


Publicités

Auteur : Daniel

Sur ce site, je vais publier mes réflexions sur la vie locale, nationale et plus, en fonction de l'actualité.

3 réflexions sur « Autoroute : ahurissant »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s