Que se passe-t-il ?

Heureusement que nous avons la presse pour nous informer, même si elle a beaucoup des défauts. Le site internet municipal reste désespérément muet sur les événements en cours.

J’ai reçu cette semaine le « Lien » comme beaucoup d’entre nous, mais il ne contenait aucun encart sur le sujet qui nous préoccupe le plus : l’autoroute.

Je n’ai pas trouvé le communiqué des démissionnaires évoqué par le Dauphiné Libéré du 29 octobre, mais je suis totalement d’accord avec les extraits publiés par le Dauphiné. J’avais déjà donné ces arguments ici.

Il semble bien que les deux éléments déterminants dans le choix de l’option centre (au péage) soient d’une part la solution de facilité pour Vinci qui n’a pas à créer de station de péage supplémentaire, et d’autre part le prix immédiat : 5 millions d’euros de moins que la solution sud. Les autres arguments évoqués, comme l’emprise sur les terres agricoles, ne sont que de la fumée pour masquer les vraies raisons.

Les aménagements coûteux consécutifs à cette décision ne sont pas pris en compte, en particulier il faudra aménager le chemin de la Tour et construire un nouveau pont au dessus de l’autoroute, sans être un spécialiste des ponts je ne serais pas étonné que le coût de cet ouvrage soit bien supérieur à 5 millions avec les aménagement connexes.

Économiser 5 millions pour un tel projet au détriment de la qualité de vie des gens montre a quel niveau de médiocrité nous en sommes arrivés. Nous dépensons des milliards pour sauver la planète dans des projets hasardeux  comme celui ci à 5 millions d’euros, mais nous sommes incapables du moindre geste pour améliorer réellement le vie quotidienne des français.

J’ai déjà manifesté mon soutien aux démissionnaires, je pense aussi que madame le Maire aurait dû démissionner le jour où le comité de pilotage a pris sa décision, face à ces contradicteurs. Cela aurait eu du panache ! Mais dans la France actuelle, on ne se bat plus en duel pour ses convictions.

Dans un encart du DL du même jour, le Collectif de Citoyens (2) fait un appel aux adhésions pour agir. Je veux bien adhérer, mais je veux au préalable connaître les objectifs à défendre. S’il s’agit de nouveau, de mettre l’échangeur chez les voisins ou de faire du transport vert ce sera sans moi. S’il s’agit de défendre l’option sud, je serai avec eux.


Voir aussi

1/ capsur2020

2/ Collectif

 

Autoroute : ahurissant

Dans un communiqué du 14 octobre, dans le style administratif inénarrable d’un autre age, la préfecture de l’Isère nous informe que le bilan de la « concertation publique » est disponible sur le site de la préfecture et sur le site de Vinci.

Premier problème, je n’est pas trouvé le communiqué sur le site de la préfecture ! Par contre on le retrouve sur le site dédié à l’échangeur ici. Un dossier de presse est disponible ici.

J’ai toujours été demandeur pour la construction de cet échangeur, mais la décision de retenir l’option centre me parait ahurissante.

Continuer à lire … « Autoroute : ahurissant »

HLM

Nous avons appris que l’office de HLM ADVIVO à Vienne a obtenu de bons résultats financiers en 2015 (1) ce dont nous ne pouvons que nous réjouir, ce n’est pas souvent que les organismes étatiques ou para-étatiques sont capables de gérer correctement leur budget.

En temps que Reventinois nous devons aussi nous en réjouir, puisque notre commune est garante pour un certains nombre d’emprunts.

Par contre, on apprend aussi que les nouvelles constructions continuent, même si l’objectif principal est l’amélioration de l’existant. Or, le but des HLM est de venir en aide aux plus défavorisés, si les besoins augmentent c’est que la pauvreté s’accroît. Comme pour les Resto du Cœur, la vraie bonne nouvelle serait que le nombre de bénéficiaires diminue et même disparaisse.

Dans un ancien numéro de la revue de ViennAgglo, j’avais remarqué un article qui faisait la promotion des HLM auprès des propriétaires au prétexte que c’est plus économique ! Mais ce n’est pas ce que demande les français, 90 % des moins de 30 ans rêvent d’être propriétaires ! (2)

Pour cela, il faudrait qu’un certain nombre de mesures soient prises pour réduire le coût des constructions privées afin de les rendre accessibles au plus grand nombre (3). Certaines décisions relèvent de l’Etat, mais d’autres dépendent des administrations locales :

  • réduire les contraintes sur le foncier.
  • supprimer les taxes injustifiées des différents étages de l’Etat.
  • supprimer le monopole des raccordements au réseaux (ERDF, ORANGE …)
  • réduire le nombre de normes.
  • aligner les contraintes des constructions privées et celles des HLM. Par exemple sur un même terrain, les HLM peuvent construire un étage de plus que le privé.
  • supprimer les recours obligatoires aux professions protégées : architectes, notaires, géomètres …
  • cesser les exonérations fiscales des HLM comme la taxe foncière.
  • cesser de faire financer par le privé les constructions HLM (dans un programme immobilier le promoteur vend à prix bradé les constructions destinées aux HLM et « se rattrape » en faisant tout son bénéfice sur les lots privés).

C’est seulement par ces mesures que l’on pourra réduire le manque de logements, car depuis 1948 l’Etat dirige le « marché » du logement avec les résultats désastreux que l’on connait.


(1)  http://lessor.fr/le-president-d-advivo-est-un-homme-heureux-16090.html

(2) http://www.boursorama.com/actualites/immobilier-90-des-moins-de-30-ans-veulent-devenir-proprietaire-7a7dba358fdad80e728286857f75c2b3

(3) http://www.contrepoints.org/2013/11/02/144802-immobilier-comment-la-loi-sru-vous-penalise-tous-au-profit-dune-kleptocratie